Cercles sacrés

 Les trois cercles du Néméton Le Néméton , lieu où se déroule les rituels druidiques, est composée de trois cercles concentriques dont les diamètres ont entre eux les rapports suivants : 9, 27, 81. Le cercle de 81 correspond au cercle Divin, ou Keugant. Le cercle de 27 correspond au cercle des Migrations ou Abred. Le cercle de 9 correspond au cercle de la Lumière blanche ou Gwenwed. Dans une vision plus moderne , de la périphérie vers le centre, Keugant symbolise  l’Univers dans sa globalité, sans limite et éternel, la source de toute matière, toute vie et la Conscience Cosmique. Toutes les formes de vie de l’Univers s’y manifestent.  La démarche spirituelle de ce cercle est de prendre conscience de notre interdépendance dans la Globalité. Le cercle d’Abred, cercle des incarnations, dans la langue ancienne, nous place dans le monde de la manifestation, la Vie et la Conscience manifestées, la dimension dans la quelle nous évoluons à chaque jour. Abred désigne le cercle de ceux et  celles qui sont engagés dans une démarche de l’Éveil spirituel; la Quête. Ainsi le moment où l’individu du cercle Abred réalisa son  État d’Éveil, le fruit de cette réalisation spirituel est diffusé dans le cercle Keugant et bénéficie  au reste de l’univers. Dans ce monde , il y a notre corps , notre conscience, notre Terre, notre Soleil ainsi que toutes les planètes qui forment notre Univers. En fait, notre Univers est notre Galaxie. A ratisser plus large nous nous perdons inutilement, notre esprit est incapable de tout saisir. Puis,  toujours  vers le centre nous aboutissons à Gwenwed le foyer du feu qui anime la Vie, le  foyer  de la Conscience Cosmique et individuelle.  L’illumination spirituelle , l’éclatement de l’individualité illusoire , se manifeste dans un mouvement subite, involontaire, du centre de l’individu vers la périphérie de l’Univers ou de la Galaxie. : dans un mouvement centrifuge. L’individu fait alors l’expérience de plus grand que soi , il devient la globalité. Cette expérience spirituelle est  inaccessible à l’hémisphère gauche du cerveau humain, seul l’hémisphère droit est capable de saisir le moment présent,  et la synthèse de la réalité. Une fois la prise de conscience réalisée, l’hémisphère gauche va tenter de réorganiser les différents éléments et de rendre communicable cette expérience spirituelle.

soshoro03.jpg

Le rituel dans les célébrations

Les célébrations Célébrer signifie marquer ou rappeler solennellement la beauté, la grandeur, les exploits, les mérites ou les vertus de quelqu’un. Lors de certaines fêtes la communauté et les amis de la communauté sont conviés à une célébration. Chaque fête veut souligner un évènement ou une démarche. Mais à chaque célébration, l’assistance rend hommage aux forces de la Nature, aux divinités et à la Conscience Cosmique qui habite l’humain et l’Univers. Célébrer, c’est aussi explorer nos capacités d’éveil spirituel.
 Le rituel qui encadre la célébration vise à nous aider à entrer en symbiose avec ces forces de l’environnement et ainsi ouvrir notre intuition, notre ressenti, devenir plus que ce que nous sommes au quotidien.

Les rituels et la  symbiose.

La tradition celtique, notre tradition, celle qui est compatible à notre psyché occidentale nous donne un support psychique pour bien gérer notre imaginaire et notre démarche spirituelle.
Lors des célébrations les membres et amis de la communauté se rassemblent à un point du terrain puis socialisent. Un des maitres du rituel donne ses directives pour le déroulement de la célébration. Ici la communauté prend tout son sens, une communauté formée de personnes d’aujourd’hui poursuivant une démarche spirituelle. Le rituel doit donc faire vibrer l’âme de ces personnes. Le rituel doit parler à ces personnes d’aujourd’hui. 
Pendant ce temps, un officiant, le Maitre du feu, prépare et rassemble les différentes essences de bois nécessaire au Feu Sacré. Puis, une femme désignée ou la Druidesse allumera la structure. Idéalement, elle utilisera une loupe. L’énergie solaire concentrée sur le papier blanc qui sert allumer le Feu. Dans la vision celtique, la femme donne naissance à la vie. Elle est l’image de la Déesse, source de la vie cosmique. Le féminin donne naissance au Feu qui symbolise les forces de la Vie dans l’Univers. La femme symbolise cette synthèse Tripartite: la Nature , la Vie et l’Univers.   Le cercle de pierre symbolise le centre de notre Galaxie, notre Univers immédiat. Notre cerveau a besoin d’un support physique pour pouvoir fonctionner à plein régime et être créatif. Tout individu qui entreprend une action ou une démarche,  doit définir clairement ses objectifs  et une stratégie pour les atteindre. Le spirituel n’est pas différent du quotidien de la vie. La prochaine étape est de se positionner. Sans ce positionnement, l’individu ne peut rien faire, il est voué à l’échec, il est paralysé. Or se centrer peut se faire de deux façons : a) Se concentrer : c’est-à-dire dans une démarche de fermeture de la conscience, l’esprit se fixe sur un seul objet et rejette tout le reste. 
Le mouvement de fermeture rétrécie la vision, du périphérique vers le centre. Mouvement centripète b) Expansion mentale. L’autre approche est de définir un  centre et de s’ouvrir vers la périphérie, dans une démarche d’expansion mentale. Il faut pousser sa conscience, dans un mouvement d’expansion jusqu’aux limites de la périphérie, jusqu’aux confins de l’Univers. Mouvement centrifuge.
 Or, il est impossible pour le cerveau d’imaginer le centre de l’Univers. Dans le processus de visualisation, le cerveau doit pouvoir avoir accès à un symbole, une image ou une scène virtuelle. Tous ces éléments s’activent dans l’hémisphère droit du cerveau. L’individu définit sa place en visualisant la Galaxie ou l’image de la Galaxie. Puis il se positionne au centre de cette image. Jusqu’à là le cerveau  ronronne de bonheur!

voielactee04.jpg

Notre Voie Lactée

Au Centre de la Galaxie ,on visualise un gigantesque  Feu Cosmique qui est la Conscience Cosmique et le feu de la Vie. Éviter tout rapport avec  un Dieu ,surtout celui de notre enfance.. On ne doit pas retomber dans les clichés paralysants du monothéiste.  Cette démarche est païenne et scientifique. Il n’y a pas de foi,  seulement une   connaissance et une démarche spirituelle ( de l’esprit ou de la conscience). En  tant que conscience individuelle, vous allez vous  positionner, en vous servant de votre imaginaire et votre créativité, au centre de cette activité vitales et Cosmique.   Votre cerveau va associer la Conscience Cosmique et votre conscience individuelle.  Ici démarre le long processus de l’expansion mentale et spirituelle . Votre cerveau ignore si ce que vous imaginez, votre image de l’Univers , est réel le ou une construction de votre imaginaire. Pour lui, ce que vous créez dans votre imaginaire est réel. Lors des rituels,  vous renouvelez  et intensifiez cette image mentale.   Le rituel est l’occasion d’expérimenter la symbiose avec la Nature et l’Univers. Centre du cercle, centre de l’Univers. La Conscience cosmique se manifeste à travers la chaleur vivifiante du Feu. Le lieu du rituel est divisé en trois cercles , divisés  en 4 sections Aux quatre points cardinaux  du  grand cercle périphérique , au Nord, à l’Est, au Sud et à l’Ouest , on y positionne  un objet sacré. Dans ce grand cercle cosmique  se positionnent les membres de la communauté et les invités.. . Puis dans le deuxième cercle interne,  on y prépare le bucher du rituel. Les officiants  et officiantes prennent place  afin de diriger le déroulement du rituel ou de la célébration.  Le dernier cercle est vide,; il symbolise le lieu divin ou le cœur de la Nature. C’est  Gwenwedla dimension invisible et spirituelle de l’Univers.

La communauté se rassemble à l’extérieur du lieu du rituel.  Dès que les participants se mettent en marche ,jusqu’au moment où ils arrivent à leurs position dans le cercle, la marche se fait au son d’un tambour. L’effet sonore de l’instrument donne un sentiment de solennité à l’évènement. La Communauté entre dans le cercle par la porte de l’Est , dans la direction où  se lève le Soleil , et elle  se déplace dans l’ordre des points cardinaux suivant la course du Soleil , dans le sens des aiguilles d’une montre: Est, Sud, Ouest et Nord. Une fois chaque membre à sa place prédéterminée, l’officiant débute le rituel. Je ne fais ici que donner certaines explications sur les points importants des rituels. Chaque rituel peut présenter des variantes qui s’adaptent aux objectifs visés par le maitre du rituel et selon la Célébration. 
Les rituels sont solaires. Le fait d’imiter la course solaire, permet aux individus entrer en harmonie avec le Soleil et la Nature. C’est une première prise de contact avec l’océan cosmique.

 L’officiant, le druide, ou le maitre de rituel va faire les invocations d’usage. La communauté invoque les divinités ou les forces de la Nature et les éléments qui forment la flore et la faune. 
Les anciennes divinités païennes  étaient la personnification des différentes  manifestations  de la Nature. Rien à voir avec un dieu tyran, revanchard, possessif et jaloux qui règne à quelque part et qui écoute et juge vos moindres pensées! Le rite force l’imaginaire à concevoir l’environnement comme sacré et vivant et invite les participants à entrer en phase avec ce courant vital. La communauté n’est pas coupée de cette source vitale, au contraire elle prend conscience à quel point elle est dépendante de cette source.
Vient ensuite le moment où chaque individu s’unit aux autres membres , fusionne sa volonté, sa conscience aux autres consciences individuelles présentes pour créer un égrégore. L’égrégore est cette entité spirituelle du groupe, du lieu ou de la communauté.

Partant de la porte de l’Est et se déplaçant dans la ronde solaire chaque membre à tour de rôle chante le AA-OO-OU-MM. Le nombre de tours peut-être de 3, 6 ou 9. Les chants doivent s’imbriquer un à la suite de l’autre comme des couches stratifiées.
Dans certains rituels , une invocation est adressée au Soleil. Les celtes savaient que le soleil était un astre et ils rendaient hommage au rôle de cet astre dans le maintient de la Vie sur Terre. Sans le soleil, pas de vie possible.
Ces rites adressés aux choses, aux astres ou aux éléments imprègnent dans la psyché un profond respect pour les forces de la Nature, de la Vie et du Monde. Vers la fin du rituel, les membres sont invités à prendre la parole. Les femmes, particulièrement les druidesses énonceront les intuitions et les impressions qu’elles ont reçues durant le rituel. L’art de la divination, ou le décodage des impressions subtiles, demeurent une affaire de femme.

À la fin du rituel, l’officiant va remercier les esprits de la nature et les divinités d’être venu assister au rituel et d’avoir contribué à enrichir la démarche spirituelle de la communauté. Puis la communauté va se mettre en marche autour du cercle, toujours dans le même sens, trois tours, puis l’officiant retourne le site à son usage profane, si le lieux est utilisé occasionnellement. 
Finalement la communauté se réunit autour d’une table et les membres partagent la nourriture, l’hydromel , le cidre ou le vin apportés pour la célébration. Durant le repas, les membres partagent leurs impressions et leurs expériences.
La tradition druidique est vivante, une cérémonie doit être adaptée et actualisée au temps et au lieu où elle se produit pour être efficiente. Les courants culturels qui ont survécu, les rites des autres traditions ancestrales encore utilisés aujourd’hui dans les traditions anciennes non monothéistes présentent une similarité des objectifs et des symboles avec la tradition occidentale druidique. Les cérémonies  doivent permettre aux participants de se sentir en harmonie avec ceux et celles qui les entourent créant ainsi un égrégore puissant, ainsi que le sentiment d’être en harmonie avec le Grand Tout Cosmique, permettant de sentir l’Unité dans la Diversité

.Awentia